Accueil > Vie de la paroisse > Feuille d’Informations Paroissiales > 880 - du 25 février au 5 mars 2017

Vie de la paroisse / 880 - du 25 février au 5 mars 2017

Miséricorde et Misère

Miséricorde et misère : tel est le titre de la lettre apostolique du pape François en conclusion du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde, publiée le 20 novembre 2016. Ce titre est inspiré du commentaire de St Augustin, d’après l’Evangile de saint Jean de la femme adultère condamnée par les Scribes et les Pharisiens mais pardonnée par Jésus (Jn 8,1-11). Jésus incarne la miséricorde offerte à la misère du pécheur qui se repent.
Le Pape a voulu que l’année de la miséricorde ne soit pas une parenthèse dans la vie de l’Église, mais plutôt une occasion de prendre mieux conscience de la paternité divine et de sa miséricorde que Jésus révèle au monde jusqu’aujourd’hui, en particulier dans l’acte ecclésial du pardon sacramentel.
Nous commençons cette semaine avec le mercredi des Cendres le temps du Carême. Les cendres seront imposées sur nos têtes en rappel de notre fragilité qui nous incline à la conversion : nous sommes poussière et notre vie biologique nous ramène un jour à la poussière.

Mais nous croyons aussi que dans le Christ, nous sommes participants de l’éternité divine que nous vivrons dans le Royaume de Dieu. C’est le pardon qui nous y introduit : il est comme le mouvement du Bon Pasteur qui ramène la brebis perdue ou comme le soutien du Bon Samaritain qui soigne le blessé de la vie pour le ramener à la santé.
Grâce à cette année jubilaire, nous pouvons nous approcher encore du sacrement de la réconcicliation avec plus de confiance pour confesser nos péchés et entendre le message d’espérance du pardon sacramentel prononcé par le prêtre qui signifie le pardon de Dieu : “Par le ministère de l’Église, je vous pardonne vos péchés, au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit”.
Dans ce sacrement, toute personne se trouve dans la situation de cette femme dans l’Evangile de Jean : “tous s’en allèrent ; il ne resta que la misère et la miséricorde”, commente saint Augustin. Comme nous le rappelle le Pape, “rien de ce qu’un pécheur repentant présente à la miséricorde de Dieu n’échappe à l’embrassade de sa miséricorde”. C’est ainsi que la miséricorde de Dieu devient l’espérance du monde.
P. Marcos Candido

Feuille d’informations paroissiales


Agenda paroissial
A souligner cette semaine





Tous les articles de la rubrique