Accueil > Vie de la paroisse > Feuille d’Informations Paroissiales > 876 - du 25 mars au 2 avril 2017

Vie de la paroisse / 876 - du 25 mars au 2 avril 2017

Consécration

Une lecture tardive des archives de la Chapelle de l’Agneau de Dieu, par une paroissienne avertie, nous a révélé cette semaine que nous avions pris deux ans d’avance sur le "millésime" annoncé de la consécration de l’autel. Nous en parlions depuis des mois. Des témoins de l’événement se réjouissaient, on se rappelait l’aboutissement du projet né en 1972, de la nécessité d’une halte spirituelle dans ce quartier rénové, et chacun en est resté à la date de réception des lieux en 1997.

Ce loupé temporel ne doit pas occulter les fruits spirituels de la Chapelle. Ce sont eux qui confirment la vérité de l’intuition initiale et lui en donnent ici tout son sens. Et puis pour Dieu le temps ne compte pas. ( Ps 90,4 ou 2 P 3,8) Restons en Lui et festoyons !

Ce qui fait notre joie aujourd’hui, et pour les années à venir, c’est de nous rappeler la consécration de notre autel le 25 mars, en la solennité de l’Annonciation du Seigneur.
Cette circonstance nous ouvre à une double contemplation de l’œuvre de l’Esprit Saint dans le Mystère de la foi. Dans le mystère joyeux de l’Annonciation, l’Esprit Saint couvre de son ombre la Vierge Marie pour enfanter en elle Jésus le Sauveur. Dans le mystère lumineux de l’Eucharistie, à la consécration des offrandes, le prêtre demande à Dieu le Père de répandre l’Esprit Saint sur le pain et le vin pour qu’ils deviennent le Corps et le Sang du Christ vivant, nourriture pour nos âmes. Voyons dans ces deux manifestations le déploiement de notre rédemption. Voilà ce qui justifie de fêter l’événement.

Rappelons encore que la consécration de l’autel se fait par des onctions de Saint Chrême, qui en font le symbole du Christ, l’Oint par excellence. Et que l’on y fait brûler de l’encens, signe de possession par l’Esprit Saint. Ainsi l’autel devient-il le plus haut symbole du Christ dans les églises : avant même la croix, c’est lui que l’on vénère en entrant. C’est pour cela que le prêtre le baise au début et à la fin de la messe en signe de respect.

Gardons dans nos cœurs la joie du Sacrifice Saint que nous présentons à l’autel à chaque messe. C’est là que le Seigneur réjouit et éclaire nos âmes et nous immerge dans l’infini de sa vie.

Père François Scheffer +

Feuille d’informations paroissiales


Agenda paroissial
A souligner cette semaine





Tous les articles de la rubrique