Accueil > Vie de la paroisse > Feuille d’Informations Paroissiales > 856 - du 21 octobre au 29 octobre 2017

Vie de la paroisse / 856 - du 21 octobre au 29 octobre 2017

Près du Tabernacle

Je vois par votre lettre combien vous êtes préoccupé par la désorientation des temps actuels. Il est vraiment déplorable que tant de gens se laissent emporter par la vague diabolique qui asservit le monde, et leur aveuglement est tel qu’ils ne voient pas leur erreur ! Leur faute principale est qu’ils ont abandonné la prière ; ils se sont ainsi éloignés de Dieu, et sans Dieu, tout leur fait défaut : « Sans moi, vous ne pouvez rien faire. »
Ce que je vous recommande, plus que toute autre chose, c’est de vous mettre près du Tabernacle, et de prier. Là, vous trouverez la lumière et la force dont vous avez besoin pour vous et pour les autres. Alors vous pourrez donner avec humilité, douceur et en même temps fermeté ; car les supérieurs ont le devoir de défendre la vérité avec sérénité, justice et charité. Pour cette raison, ils ont de plus en plus besoin de prier, de s’approcher de Dieu, de traiter avec Dieu de toutes leurs affaires avant d’en traiter avec les créatures.
Suivez ce chemin et vous verrez qu’auprès du Tabernacle, vous trouverez plus de science, plus de lumière, plus de force, plus de grâce et de vertu, que vous ne pourrez jamais en trouver dans les livres, les études ou chez quelque créature que ce soit. Ne considérez jamais comme perdu le temps que vous passez à prier. Vous verrez que, durant la prière, Dieu vous communiquera la lumière, la force et la grâce dont vous avez besoin pour faire tout ce qu’Il veut de vous. La seule chose importante pour nous, c’est de faire la volonté de Dieu, d’être là où Il veut que nous soyons et de faire ce qu’Il attend de nous, dans un esprit de constante humilité, conscients du fait que, de nous-mêmes, nous ne sommes rien, et il faut que ce soit Dieu qui travaille en nous et se serve de nous pour tout ce qu’Il veut. Pour y arriver nous devons tous intensifier beaucoup notre vie d’union avec Dieu, et cela ne s’obtient que par le moyen de la prière. Qu’il nous manque du temps pour tout, mais jamais pour la prière, et vous verrez qu’en moins de temps, vous ferez plus ! Nous tous, mais spécialement lorsqu’il s’agit d’un supérieur, si nous ne prions pas ou qu’habituellement nous sacrifions l’oraison pour des choses matérielles, nous ressemblons à ces bâtons branchus qui ne servent qu’à battre les blancs d’œufs, à édifier des châteaux d’écume, lesquels, sans l’apport du sucre pour les soutenir, se dissolvent bientôt, se défont et deviennent de l’eau polluée. Pour cette raison Jésus-Christ disait : « Vous êtes le sel de la terre, mais si le sel perd sa saveur il n’est bon qu’à être jeté dehors. » De Dieu seul, nous pouvons recevoir notre force.
Je vois par votre lettre combien vous êtes préoccupé par la désorientation des temps actuels. Il est vraiment déplorable que tant de gens se laissent emporter par la vague diabolique qui asservit le monde, et leur aveuglement est tel qu’ils ne voient pas leur erreur ! Leur faute principale est qu’ils ont abandonné la prière ; ils se sont ainsi éloignés de Dieu, et sans Dieu, tout leur fait défaut : « Sans moi, vous ne pouvez rien faire. »
Ce que je vous recommande, plus que toute autre chose, c’est de vous mettre près du Tabernacle, et de prier. Là, vous trouverez la lumière et la force dont vous avez besoin pour vous et pour les autres. Alors vous pourrez donner avec humilité, douceur et en même temps fermeté ; car les supérieurs ont le devoir de défendre la vérité avec sérénité, justice et charité. Pour cette raison, ils ont de plus en plus besoin de prier, de s’approcher de Dieu, de traiter avec Dieu de toutes leurs affaires avant d’en traiter avec les créatures.
Suivez ce chemin et vous verrez qu’auprès du Tabernacle, vous trouverez plus de science, plus de lumière, plus de force, plus de grâce et de vertu, que vous ne pourrez jamais en trouver dans les livres, les études ou chez quelque créature que ce soit. Ne considérez jamais comme perdu le temps que vous passez à prier. Vous verrez que, durant la prière, Dieu vous communiquera la lumière, la force et la grâce dont vous avez besoin pour faire tout ce qu’Il veut de vous. La seule chose importante pour nous, c’est de faire la volonté de Dieu, d’être là où Il veut que nous soyons et de faire ce qu’Il attend de nous, dans un esprit de constante humilité, conscients du fait que, de nous-mêmes, nous ne sommes rien, et il faut que ce soit Dieu qui travaille en nous et se serve de nous pour tout ce qu’Il veut. Pour y arriver nous devons tous intensifier beaucoup notre vie d’union avec Dieu, et cela ne s’obtient que par le moyen de la prière. Qu’il nous manque du temps pour tout, mais jamais pour la prière, et vous verrez qu’en moins de temps, vous ferez plus ! Nous tous, mais spécialement lorsqu’il s’agit d’un supérieur, si nous ne prions pas ou qu’habituellement nous sacrifions l’oraison pour des choses matérielles, nous ressemblons à ces bâtons branchus qui ne servent qu’à battre les blancs d’œufs, à édifier des châteaux d’écume, lesquels, sans l’apport du sucre pour les soutenir, se dissolvent bientôt, se défont et deviennent de l’eau polluée. Pour cette raison Jésus-Christ disait : « Vous êtes le sel de la terre, mais si le sel perd sa saveur il n’est bon qu’à être jeté dehors. » De Dieu seul, nous pouvons recevoir notre force.
Nous devons nous approcher de Lui pour qu’Il nous la communique. Nous ne pouvons réaliser ce rapprochement que par la prière, parce que c’est dans la prière que l’âme entre en contact direct avec Dieu.
J’aimerais que vous fassiez circuler ces recommandations parmi vos frères en religion ; qu’ils en fassent l’essai, et ensuite vous pourrez me dire si j’ai tort. Je suis convaincue que telle est la cause principale du mal dans le monde actuel et de la chute des âmes consacrées. On s’éloigne de Dieu et, sans Dieu, nous allons à la dérive et nous tombons. Le diable est rusé et cherche nos points faibles afin de nous attaquer. Si nous ne sommes pas appliqués et attentifs à obtenir de Dieu la force, nous tomberons, car notre temps est très mauvais et nous sommes très faibles. Seule la force de Dieu peut nous soutenir. Voyez à prendre tout ce qui arrive avec calme et grande confiance en Dieu. Il accomplira pour nous ce que nous ne pouvons faire nous-mêmes. Il suppléera à nos insuffisances.

Lettre de Sœur Lucie de Fatima adressée en 1971 à l’un de ses neveux, le Père José Valinho.

Lecture proposée par le Père Scheffer

Feuille d’informations paroissiales


Agenda paroissial
A souligner cette semaine





Tous les articles de la rubrique