Accueil > Vie de la paroisse > Finances > Denier de l’église

Vie de la paroisse / Denier de l’église

Denier de l’église

Appel

Comme vous pouvez le voir sur les affiches dans la rue, le temps est venu du 2ème appel pour le Denier de l’Église. Merci de votre générosité.

Chanson pour le paroissien
sur l’air de chanson pour l’auvergnat

Elle est à toi cette chanson
Toi l’paroissien qui sans façon
A donné au pauvre du pain.
Quand dans sa vie il faisait faim
Toi qui es v’nu dans la rue quand
La nuit le froid était mordant
Tu lui as porté du café
En faisant preuve d’humanité
Ce n’était rien qu’un petit rien
Mais il lui a chauffé le corps
Et dans son âme il brûle encore
A la manière d’un grand festin
Toi l’paroissien, quand tu mourras
Quand le croqu’mort t’emportera
Qu’il te conduise à travers ciel
Au Père éternel.

Elle est à toi cette chanson
Toi l’paroissien qui sans façon
D’un air heureux a accueilli
Ces gens qui fuyaient leur pays.
Toi qui n’as pas applaudi quand
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
Demandaient qu’ils soient refoulés.
C’que tu as fait à ton pareil
Lui témoignant du Dieu d’amour
C’est sûr qu’il gardera toujours
Le souvenir de ces merveilles
Toi l’paroissien, quand tu mourras
Quand le croqu’mort t’emportera
Qu’il te conduise à travers ciel
Au Père éternel.

Elle est à toi cette chanson
Toi l’paroissien qui sans façon
A osé sortir de chez toi
Pour aller annoncer la foi
Toi qui t’es mis en quatre quand
Les sceptiques et les incroyants
Sont venus autour d’un dîner
Pour la bonne parole écouter
Proposer la foi à son frère
Lui faire découvrir sa misère
Pour qu’il rencontre Dieu son Père
C’est un cadeau extr’ordinaire
Toi l’paroissien, quand tu mourras
Quand le croqu’mort t’emportera
Qu’il te conduise à travers ciel
Au Père éternel.

Elle est à toi cette chanson
Toi l’paroissien qui sans façon
M’a donné un chèque pas en bois
Quand dans l’église il faisait froid.
Toi qui en économisant
Des billets de dix, vingt ou cent
[A payé l’électricité
Pour qu’on ne cesse pas de louer.]*
Ce n’était rien qu’un peu de toi
Mais ça nous a chauffé le corps
Et dans notre âme ça brûle encore
A la manière d’un feu de joie
Toi l’paroissien, quand tu mourras
Quand le croqu’mort t’emportera
Qu’il te conduise à travers ciel
Au Père éternel.

* version pour l’inauguration de l’ascenseur
(Notre ascenseur a financé
Pour qu’on puisse descendre et monter)
Père François Lainé



Agenda paroissial
A souligner cette semaine