Accueil > Vie de la paroisse > Feuille d’Informations Paroissiales > 795 - FIP du 4 mai au 12 mai 2019

Vie de la paroisse / 795 - FIP du 4 mai au 12 mai 2019

M’aimes-tu ? Vraiment ? Plus que ceux-ci ?


Bienheureux celles et ceux qui, à la suite de Simon-Pierre, se laissent saisir par ces questions de Jésus. Ces paroles doivent résonner de manière particulière chez nos frères et sœurs qui, dans la nuit de Pâques, ont reçu les trois sacrements de l’initiation chrétienne. Lavés du péché, animés du feu de l’Esprit-Saint, nourris du Corps-même du Christ : ces réalités nouvelles sont tout de même renversantes ! Cette nouvelle naissance que fut le baptême de nos frères et sœurs doit nous interpeller en profondeur, nous, les baptisés de la première heure. Ce long temps de catéchuménat, les a préparés à dire ‘Oui’ au Seigneur en toute liberté. À la triple question posée par le prêtre pour renoncer à Satan et au péché, ils ont répondu par trois fois « Je le rejette ! » Immédiatement après, advenait la profession de foi. Par trois fois, ils ont professé "Je crois !".
Serait-ce en mémoire de Simon-Pierre qu’aurait été élaborée cette triple invocation ? Dans l’évangile de ce dimanche, qui est le ‘‘troisième’’ après Pâques, c’est bien par trois fois que Jésus demande à Simon-Pierre s’il l’aime. Si l’on regarde de plus près la formulation de Jésus, nous remarquons que l’exigence du don de soi semble aller decrescendo : « M’aimes-tu vraiment, plus que ceux-ci ? » - « M’aimes-tu vraiment ? » - « M’aimes-tu ? ».
Que peut donc signifier cette impression de décroissance ? Elle n’a certainement pas pour but de dévaloriser ou de culpabiliser Simon-Pierre. Au contraire, Jésus veut l’affermir et le réconforter. Si Jésus met la barre haute, c’est parce que la mission de Simon-Pierre l’exige et il doit en être conscient. Aussi, est-il conscient de ses limites, il les a expérimentées, son triple reniement lui aura servi de leçon. Simon-Pierre est lucide ! En réponse aux deux premières questions de Jésus, c’est bien timidement que Pierre répond ‘oui’ au « M’aimes-tu vraiment ? » A la troisième fois, Jésus fait une demande moins exigeante : « M’aimes-tu ? » Simon-Pierre peut se sentir alors à la hauteur. Jésus ne se fait pas dominateur, mais ami. L’on pourrait dire que Jésus s’est adapté à Pierre, plutôt que Pierre à Jésus ! De ce petit ‘oui’ timide, Jésus fera croître cet amour en un don total et entier. Au nom de cette amitié, Simon-Pierre pourra acquiescer à la demande de Jésus « Suis moi ! » L’expérience de Pierre est saisissante pour les baptisés que nous sommes. Le « Suis-moi ! » de Simon-Pierre est aussi le nôtre. Le « M’aimes-tu vraiment ? » ‘sans réserve, total et inconditionnel’ également. Dieu s’est fait ami pour que nous devenions des « Théophile » (ami de Dieu). C’est bien cela que les nouveaux baptisés ont saisi en entrant dans la famille de l’Église catholique. Alors, loin d’être effrayés par le « Suis-moi ! », soyons confiants ! Dieu nous prend là où nous en sommes, pour nous aider à accomplir notre vocation personnelle et singulière au sein de l’Église.
Chaque matin en nous réveillant, oserons-nous prier ainsi : « Seigneur, toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. » Et d’ajouter « Mon ami, je m’offre à toi ! »

Dominique Tessier, Séminariste

Feuille d’informations paroissiales


Agenda paroissial
A souligner cette semaine





Tous les articles de la rubrique