Accueil > Vie de la paroisse > Feuille d’Informations Paroissiales > 784 - Edito du Père François Lainé, Curé

Vie de la paroisse / 784 - Edito du Père François Lainé, Curé

Un message magnifique

En ces temps où sont examinés à l’Assemblée de nouvelles lois concernant la bioéthique, nous sommes invités par les évêques à « réaliser la gravité des enjeux qui sont devant nous ».

De fait, il ne s’agit plus de défendre la beauté du mariage entre un homme et une femme, mais bien de défendre les enfants à naître et, à travers eux, la dignité humaine.

Lors du débat sur le « mariage pour tous », la question était déjà présente. L’un des buts essentiels du mariage n’est-il pas la protection des enfants ? Le nouveau projet de loi sur la PMA pour toutes les femmes montre que le « mariage pour tous » débouche finalement sur le mariage pour personne. S’il n’y a plus de lien entre le mariage et la naissance des enfants, à quoi bon garder cette institution ? Elle devient totalement vide de sens.

Avec la nouvelle loi, un autre pas est franchi, plus préoccupant encore alors qu’on va pouvoir fabriquer légalement un enfant en absence de père. Vient enfin au jour ce que l’Église ne cesse de répéter depuis l’Encyclique Humanae vitae : toucher à l’embryon, de quelque manière que ce soit, c’est toucher à la dignité de la personne humaine.

Je crois profondément que la seule procréation qui soit totalement conforme à la dignité d’un être humain est l’étreinte amoureuse de deux personnes qui se sont promis fidélité jusqu’à ce que la mort les sépare. Cette procréation est gratuite, elle est reçue, accueillie comme un don de Dieu. Seuls les époux peuvent au sens propre « faire l’amour », expression utilisée aujourd’hui pour tout un tas de choses qui n’ont absolument rien à voir avec l’amour. En « faisant l’amour », les époux manifestent que la vie vient de Dieu qui est amour. Ils sont associés à la création d’un nouvel être par un acte qui manifeste que nous venons de l’amour et que nous sommes faits pour aimer et être aimés. Dans cette perspective, il apparaît clair qu’il n’est pas conforme à la dignité d’un être humain d’être conçu dans une éprouvette de laboratoire. La personne n’est plus créée mais fabriquée.

Pensons à tous ces jeunes qui ne savent plus qui ils sont, d’où ils viennent et où ils vont, qui sont complètement perdus, ne sachant même plus pour certains s’ils sont homme ou femme. Faut-il encore en rajouter ? Nous avons un message magnifique à leur donner, le seul qui vaille : « Tu es enfant de Dieu, né de l’amour, fait pour aimer et être aimé. »

P. François Lainé

Feuille d’informations paroissiales


Agenda paroissial
A souligner cette semaine