Accueil > Vie de la paroisse > Feuilles d’Informations Paroissiales > Coronavirus, Messie ?

Vie de la paroisse / Coronavirus, Messie ?

Suite aux nouvelles mesures, les messes peuvent continuer moyennant les mesures barrière habituelles.

Dans la première lecture de ce dimanche, Cyrus, fondateur de l’empire perse qui règnera sur le Moyen-Orient pendant deux siècles, du VIe au IVe siècle avant Jésus Christ, est qualifié de messie par le prophète Isaïe, c’est-à-dire d’envoyé de Dieu pour sauver Israël. Étonnant !

Un roi païen est considéré par les Juifs comme suscité par Dieu et libérateur d’Israël ! Et en effet, Cyrus, après avoir conquis l’empire babylonien, permettra aux Juifs déportés par le roi de Babylone en 586 avant Jésus Christ de retourner en Israël et d’y reconstruire le Temple.

À l’image de Cyrus, pourrions-nous aujourd’hui percevoir le coronavirus comme un messie ? Difficile tant l’anxiété de l’épidémie qui reprend et la lassitude du port du masque augmentent de manière palpable. Mais comme Cyrus, il a conquis un empire colossal se répandant dans le monde entier. Mais libérateur ? Pourquoi pas…

D’abord parce qu’il rabaisse notre orgueil. À une époque où nous sommes si fiers de nos progrès technologiques, il nous donne d’expérimenter notre fragilité et de reprendre conscience que la vie, pour chacun de nous, résulte d’une coopération incessante de dizaines de milliers de milliards de cellules qui nous constituent. L’arrivée de ce virus qui vient perturber l’équilibre sublime dans lequel règne nos corps manifeste paradoxalement la grandeur et la beauté de la vie voulue par notre Créateur.

Ensuite parce que le coronavirus éprouve notre foi en la Résurrection. Cette espérance qui nous habite nous invite à garder une certaine sérénité face à l’épidémie, sans inconscience démesurée, ni angoisse excessive. Elle nous rappelle que la finalité de nos vies et de toute la Création n’appartient pas à cette terre et nous pousse à tourner nos regards vers le retour en gloire du Seigneur Jésus qui établira un monde nouveau et des Cieux nouveaux où le coronavirus lui-même n’aura plus aucun pouvoir de nuisance.

Enfin, parce qu’il nous invite à trouver un sens aux mesures sanitaires dans l’amour. Pourtant, face à cette épidémie, la tentation est forte de percevoir l’autre comme une menace. Mais à chaque fois que je mets un masque où à chaque soirée avec des amis que je suis forcé d’annuler, la foi me pousse à poser un acte d’amour en pensant : « Par amour de mes frères, Seigneur. ». Et comme l’épingle de Sainte-Thérèse de Lisieux, le Royaume de Dieu se construit « grâce » au coronavirus !

Puisse cette épidémie de coronavirus nous libérer ainsi et nous entraîner à bâtir le Royaume de Dieu par et pour l’amour de nos frères. Amen.

Père Edouard Dacre Wright

Feuille d’informations paroissiales


Nouveau contenu
sur SAQV.fr


Rechercher
sur SAQV.fr


Agenda paroissial
A souligner cette semaine





Tous les articles de la rubrique